Une fuite, un bruit, une odeur, une pièce cassée… peuvent être les signes d’une chaudière en panne. Commencez par trouver d’où vient le problème avant d’appeler un spécialiste. Vérifiez certains éléments-clés comme le vase d’expansion, l’échangeur ou les sondes.

Votre chaudière tombe toujours en panne au plus mauvais moment, notamment quand les températures baissent. Ne vous affolez-pas et procédez d’abord à quelques vérifications d’usage. Si vous n’arrivez pas à la remettre en route, la panne peut être plus importante. Faites alors appel à un professionnel pour y remédier. Mais surtout ne négligez pas l’entretien annuel qui vous évitera bien des tracas.

Quelques vérifications s’imposent

Vérifiez les branchements électriques

Si les voyants présents sur le tableau de commande ne s’allument plus, c’est qu’il s’agit d’un dysfonctionnement électrique.

Pensez en priorité à vérifier les fusibles : ils sont peut-être à changer.

Ou testez tout le circuit électrique : des câbles peuvent être endommagés ou il peut exister un problème de surtension ou de faux contact.

Attention à la pression

La pression d’eau d’une chaudière doit être contenue entre 1 et 1,5 bar. Le chiffre de pression apparaît sur le manomètre dont est équipée votre chaudière.

Si la pression est trop basse : il suffit d’ajouter de l’eau dans la chaudière.

Si, au contraire, la pression est trop élevée, vous devez purger les radiateurs pour évacuer l’air qui fait monter la pression.

Quand la pression est supérieure à 2,5 bars, des fuites apparaissent et si en plus les canalisations contiennent de l’air, du bruit survient dès que l’on tire de l’eau chaude.

Plus de gaz ou fioul

Peut-être avez-vous tout simplement oublié d’ouvrir la vanne d’arrivée du gaz ou du fioul !

Si vous êtes alimenté en gaz de ville, vérifiez s’il n’y a pas de travaux dans votre quartier qui nécessitent une coupure momentanée.

Pour le fioul, êtes-vous certain que votre cuve soit pleine ?

Les pannes les plus courantes

Au niveau du vase d’expansion

Le vase d’expansion est une sorte de ballon rempli de gaz qui se trouve à l’arrière de la chaudière et qui sert à absorber les variations de volume d’eau dans la chaudière. Il joue donc un rôle majeur en maintenant une pression constante. S’il tombe en panne, vous risquez une perte de pression dans le circuit, une fuite d’eau ou une chaudière qui se met en sécurité régulièrement par excès ou manque d’eau.

Si le vase d’expansion est défectueux, il est conseillé de le remplacer avant que les problèmes se multiplient et détériore votre chaudière.

L’échangeur

La chaudière est équipée d’un échangeur à plaques qui permet de transférer la chaleur entre le circuit radiateur et le circuit sanitaire.

Si votre eau est trop calcaire, des dépôts de tartre peuvent entamer sa fonctionnalité : vous aurez alors peu d’eau chaude, des variations de température de la chaudière ou des fuites au niveau des joints.

Cette pièce dites « d’usure » est à changer tous les 3-4 ans selon la dureté de l’eau dans votre région. N’hésitez-pas à installer un adoucisseur en amont de la chaudière afin d’avoir à éviter d’installer trop souvent un nouvel échangeur. 

L’échangeur

La chaudière est équipée d’un échangeur à plaques qui permet de transférer la chaleur entre le circuit radiateur et le circuit sanitaire.

Si votre eau est trop calcaire, des dépôts de tartre peuvent entamer sa fonctionnalité : vous aurez alors peu d’eau chaude, des variations de température de la chaudière ou des fuites au niveau des joints.

Cette pièce dites « d’usure » est à changer tous les 3-4 ans selon la dureté de l’eau dans votre région. N’hésitez-pas à installer un adoucisseur en amont de la chaudière afin d’avoir à éviter d’installer trop souvent un nouvel échangeur.

Entretien obligatoire

Si votre chaudière a plus de 15 ans, il n’est pas étonnant que certaines pièces se dégradent. Mais un entretien annuel de la chaudière, qu’elle fonctionne au fioul, au gaz ou au bois permet d’éviter bien des pannes.

Faites appel à un spécialiste-chauffagiste pour vérifier :

– le brûleur,

– la veilleuse,

– le circulateur et la pompe,

– la température de l’eau,

– le débit du gaz ‘s’il s’agit d’une chaudière à gaz,

– le vase d’expansion,

– l’étanchéité des circuits (eau et énergie),

– les organes de sécurité,

– les dispositifs de régulation interne

– la teneur en monoxyde carbone dans la pièce.

L’entretien d’une chaudière alimentée par des combustibles solides (le bois), liquides (fioul) ou gazeux (gaz) est une obligation légale.

A l’issue de l’entretien annuel, le chauffagiste doit vous remettre une attestation qui peut vous être demandée par votre assureur en cas de sinistre.