Pas besoin d’être un plombier hors pair pour effectuer quelques petits travaux de plomberie. Si vous vous sentez l’âme d’un bricoleur, les matériaux et outils rendent désormais plus accessibles ces installations ou réparations longtemps réservées aux professionnels.

Les tuyaux, des éléments indispensables

La plomberie concerne toute la circulation d’eau, de son entrée dans un logement à son évacuation vers les réseaux. Elle fait donc la part belle aux tuyaux. Mais lesquels choisir ? Il en existe dans différents matériaux, plus ou moins faciles à mettre en œuvre : cuivre, PER, PVC et multicouche.

Les tuyaux en cuivre sont traditionnellement utilisés par les plombiers du fait de leur pérennité, notamment pour la distribution d’eau chaude. Ils se présentent sous forme de barres, à cintrer pour faire les coudes ou de couronne. Pour être cintré, le cuivre doit être chauffé au chalumeau d’où sa difficulté de mise en œuvre. Mais vous avez aussi la possibilité d’utiliser des raccords de plomberie prévus à cet effet.

Les + : Esthétique, le cuivre est régulièrement employé pour les parties apparentes des canalisations des réseaux sanitaires.

Les – : Les tuyaux en cuivre restent onéreux et nécessitent un certain savoir-faire. Ils s’oxydent à l’air s’ils ne sont pas peints.

Les tuyaux en PER, polyéthylène réticulé, tendent peu à peu à remplacer les tuyaux en cuivre en raison de leur prix plus abordable et de leur facilité de mise en œuvre, sans soudure.

Les + : Un très bon rapport qualité/prix.

Les – : Le PER est sensible aux rayons UV et devient poreux. C’est pour cette raison qu’il est surtout utilisé dans les canalisations non apparentes. Il a aussi tendance à se dilater et il faut en tenir compte dans vos calculs.

Les tuyaux en PVC sont traditionnellement utilisés pour l’évacuation des eaux usées. Ils se collent à froid ou par raccord à joint lèvre.

Les + : Très abordable, le PVC est facile à mettre en œuvre.

Les – : Sensible aux UV, le PVC devient cassant. Pour l’extérieur, préférez le PVC pression qui résiste mieux au gel.

Les tuyaux multicouches se composent de deux couches de polyéthylène réticulé (PER) séparées par une feuille d’aluminium soudée bord à bord.

Les + : Stable au calcaire et promettant une absence de dilatation, le PER se cintre facilement et conserve une mémoire de forme qui facilite sa mise en place.

Les – : Son prix reste élevé d’autant qu’il faut ajouter le coût des outils nécessaires à sa mise en œuvre.

Jamais sans mon raccord

Pour vos travaux de plomberie vous avez aussi besoin de raccords. Ceux-ci doivent être compatibles avec la tuyauterie. C’est pour cela qu’il existe une large palette de raccords droits, en coudes, sous forme de bouchons, à coller, à visser, à glisser…

• Les raccords en cuivre sont à souder ou à utiliser sans soudure à condition qu’ils soient munis de pas de vis.

• Les raccords en PVC s’installent avec une colle spécifique pour une étanchéité optimale.

• Les raccords en laiton sont pour tous usages puisqu’ils permettent de raccorder aussi bien des tuyaux en cuivre, qu’en PER.

• Les raccords en PER sont surtout utilisés pour les installations sanitaires ou de chauffage sans soudure. Certains se vissent, d’autres sont à glissement ou encore à sertir.

• Il existe également des raccords bi-matériaux (cuivre/multicouche) qui permettent de prolonger une installation en cuivre par un réseau de tubes multicouches.

Choisir les bons outils

 Le coupe-tube, comme son nom l’indique, sert à couper les tubes en cuivre et se décline en autant de diamètres qu’il existe de diamètres de tubes ! A préférer à la scie à métaux qui déforme le tube. 

Pour le PVC et le PER, il faut employer une pince coupe-tube mieux adaptée.

• Le ressort ou pince à cintrer, manuel, électrique ou hydraulique, sert à réaliser une courbure sur un tube en cuivre ou multicouche. 

• La pince à glissement permet de sertir un raccord sur un tube en PER. Elle s’accompagne de différents accessoires selon le type de tubes et de raccords utilisés.

• La pince à emboîture élargit le tube pour qu’on puisse y insérer un tube de même diamètre, créant un raccord naturel.

• La clé à bonde sert à monter et à démonter les bondes d’évier ou de lavabo et à visser certaines fixations.

• Le chalumeau permet de travailler les tuyaux en cuivre. A manier avec précaution. Pour les anciennes canalisations en plomb, on utilise une lampe à souder.

• La pâte à reboucher, composée de résine époxy et d’un durcisseur à mélanger au moment de l’intervention, est réservée aux réparations de la tuyauterie en cuivre.